Les colliers électriques

La SPA de l'Estrie s’oppose à l’utilisation des colliers électriques, qu’il s’agisse de colliers anti-aboiements ou anti-fugues jumelés à une clôture, ou de contrôle. En effet, selon nos sources d’information, les chocs électriques provoquent un stress et de la douleur chez l’animal. À court et à long terme, ces colliers entraînent ainsi des effets pervers sur le bien-être et le comportement du chien. La SPA de l’Estrie préconise plutôt les méthodes d’éducation douces, dont le renforcement positif. Elle reconnaît en outre la pertinence de certains outils tels que le jet d’eau et le collier à la citronnelle puisqu’ils peuvent être efficaces dans certaines circonstances et ne provoquent pas d’effets pervers chez l'animal.
Les prémisses sur lesquelles se fonde notre prise de position
Nous fondons notre prise de position sur ces deux importantes prémisses : 

1. Les systèmes de colliers électriques, à l’instar des autres punitions, entraînent plusieurs effets pervers. 

Les aboiements excessifs ou les fugues sont souvent la manifestation de l’ennui, de l’anxiété ou du sentiment d’isolement qu’éprouve le chien. Le choc électrique canalise la frustration de l’animal qui fugue ou qui aboie vers une autre forme de comportement, certainement tout aussi désagréable, puisqu’il n’atténue en rien la cause du problème.

En ce sens, une étude publiée en 2004 dans l'Animal Welfare Journal démontre que les chiens entraînés par le biais de punitions sont plus susceptibles de développer de mauvais comportements que ceux entraînés avec des récompenses. En effet, les chercheurs ont constaté que les gardiens entraînant leur chien au moyen de punitions ont vu apparaître une variété de mauvais comportements chez leur animal : aboiements, agressivité envers les humains et les autres chiens, anxiété de séparation, etc. La punition crée chez le chien un état d’anxiété, lequel s’exprime plus tard par un mauvais comportement.

Il a aussi été démontré que les chiens qui ont reçu des chocs électriques ont appris que la présence de leur gardien – ou de la commande – annonçait la réception de chocs, et ce, même en dehors d’un contexte d’entraînement. Le bien-être de ces chiens, en présence de leur gardien et peut-être en d’autres circonstances, est donc fortement ébranlé.

2. Plusieurs problèmes techniques sont associés aux systèmes de colliers électriques.

Plusieurs systèmes de colliers électriques ne permettent pas d’ajuster l’intensité du choc électrique en fonction de la taille ou de l’état de santé du chien. Un choc approprié pour un animal de taille moyenne n’aura pas l’effet escompté sur un gros chien et peut, à l'opposé, en blesser un de petite taille. Comme tout autre appareil, le collier électrique est également susceptible de se dérégler à l’insu du gardien du chien et d’infliger des chocs de façon excessive ou incohérente à l’animal.

Quant aux colliers anti-fugues jumelés à une clôture, il est à noter que ces systèmes n’empêchent pas des personnes ou d’autres animaux de pénétrer à l’intérieur du périmètre clôturé, rendant ainsi le chien qui s’y trouve prisonnier très vulnérable. De plus, un chien qui parvient à fuguer malgré le port d’un collier électrique aura beaucoup de mal à rentrer chez lui puisqu’il recevra des chocs au moment où il s’approchera du périmètre clôturé.

Conclusion
Pour toutes les raisons évoquées précédemment, la SPA de l’Estrie invite les gardiens d'un chien à identifier les causes du problème de comportement de leur animal et à choisir une méthode douce d’éducation, comme  le renforcement positif.

Comme le démontre l’étude publiée en 2004 dans l'Animal Welfare Journal, la punition n’est généralement pas la méthode la plus efficace pour l’enseignement de comportements désirés, que ces derniers soient liés à l’entraînement à la propreté, à la marche en laisse ou au respect des commandes. Ce sont davantage les récompenses qui engendrent les bons comportements.