Les animaux de cirque

La SPA de l’Estrie s’oppose à l’utilisation d’animaux sauvages et d’animaux exotiques dans les cirques.

Visitez le site NON aux cirques.

Du divertissement familial sécuritaire aux petits soins prodigués aux animaux, les mythes entourant les cirques utilisant des animaux sont nombreux et persistants.On comprend fort bien que l’industrie du cirque alimente ce genre de croyances afin de projeter une image de gestionnaires responsables, car il n’y a rien, en effet, de très reluisant à dompter des animaux sauvages et exotiques. Apprendre à faire des tours qui leur sont totalement contre-nature, spectacle après spectacle, année après année, selon des méthodes plus que discutables et dans des conditions de vie inhumaines, voilà somme toute la triste réalité des animaux de cirque. Est-ce là agir de façon responsable et respectueuse envers ces animaux?La SPA de l’Estrie, qui vise par ses actions à instaurer un plus grand respect des animaux, s’oppose fermement à l’utilisation d’animaux sauvages et d’animaux exotiques dans les cirques. Les motifs qui poussent la SPA de l'Estrie à adopter une  telle position, à l’instar de dizaines d’autres organismes humanitaires, sont nombreux et sans équivoque. Ils s’appuient sur des faits vérifiables et documentés, à savoir des rapports d’accidents et d’inspections, des photographies, des vidéos, etc.Nos arguments

Voici les principaux arguments qui appuient notre position :

1. Les animaux de cirque ont des conditions de vie misérables qui les obligent à renier leurs instincts, l’essence même de ce qu’ils sont.

  • Condamnés à la captivité, ces animaux sont enchaînés ou confinés à vie dans des cages où ils peuvent à peine se retourner et où ils doivent manger, boire, dormir, uriner et déféquer.
  • Obligés à des horaires serrés, ils parcourent chaque année des milliers de kilomètres de route dans des conditions très difficiles, y laissant parfois jusqu’à leur vie.
  • Entraînés inévitablement par la violence et l’intimidation, ces animaux sauvages sont forcés d'exécuter des numéros qui divergent complètement de leurs instincts : conduire une bicyclette, tenir en équilibre sur des ballons ou sauter à travers des cerceaux de feu, par exemple.

2. Les cirques qui utilisent des animaux constituent une menace à la sécurité du public.

  • Les animaux sauvages, obligés de renier leurs instincts, accumulent un lot considérable de stress. Tôt ou tard, certains d’entre eux sortent de leurs gonds et provoquent de graves accidents puisqu’ils se produisent à quelques mètres de la foule, et ce, sans clôture adéquate ni protocole d’urgence approprié. Au fil des ans, ces animaux ont blessé et tué de nombreux employés de cirque et membres du public.

3. En allant au cirque, les enfants s’imprègnent d’images distordues.

  • Les comportements naturels des animaux de cirque sont complètement faussés. La valeur éducative que s’attribuent les cirques est donc pour le moins discutable.
  • L’image projetée par le spectacle est dégradante : les animaux deviennent des objets d’amusement desquels on rit et à qui on se permet d’exiger à peu près n’importe quoi.